Mettre fin aux souffrances de l’excision

L’église protestante évangélique de Guinée s’engage afin de mettre fin aux croyances qui justifient l’excision et pour sensibiliser et protéger les filles et les femmes. SAM global y contribue par un soutien financier et l’investissement dans la formation des animatrices, ainsi que l’accompagnement des leaders respectifs.   

SHARE
Mettre fin aux souffrances de l’excision
|
22 juin 2022
|

« Sans excision, vous n’êtes pas une vraie femme, et vous ne pourrez jamais avoir d’enfants ».

Voici ce que les filles entendent dès leur plus jeune âge. 22% des filles ont entre 0 et 4 lorsqu’elles subissent la mutilation, 60% entre 5 et 9 ans. Les croyances et traditions justifiant l’excision sont nombreuses ; elle purifierait la femme ou éviterait une sexualité prématurée. Les croyances stipulent qu’une femme non excisée serait infidèle à son mari, que le clitoris rendrait l’homme sexuellement impuissant ou la femme inféconde, et ne permettrait pas à la fille d’avoir une bonne éducation. Socialement parlant, l’excision, en plus d’être considérée comme une obligation religieuse, est également un facteur d’intégration dans la famille et la société. Une femme non excisée sera sujette aux moqueries, ce qui pousse beaucoup de parents à faire subir cette souffrance à leurs filles, même s’ils sont réticents.  

Des souffrances inimaginables

Avec 97% des Guinéennes ayant subi l’excision, la Guinée se place au deuxième rang des pays qui pratiquent le plus cette violence, bien que les mutilations génitales féminines soient interdites depuis l’an 2000 dans ce pays. De nombreuses femmes souffrent toute leur vie des douleurs liées à l’excision, certaines même meurent pendant l’opération ou saignent à mort durant l’accouchement. La plupart souffrent de rapports sexuels douloureux. Une ex-exciseuse explique avoir subi cette mutilation à cinq reprises ;

« Après des années, je souffre encore tous les jours. Et dans mon ignorance, je l’ai fait subir à d’autres.» 

Identifier et protéger les filles

SAM global a démarré en partenariat avec l’Eglise Protestante Evangélique de Guinée des activités destinées à sensibiliser et protéger la gent féminine depuis environ 10 ans. En 2017, ce projet de lutte contre la mutilation génitale, sous la direction du pasteur Simon-Pierre Lamah s’est davantage structuré. Il est soutenu financièrement par SAM global, elle-même supportée par une fondation, qui contribue également à la formation des animatrices et effectue un suivi des activités.  

Les différents volets de ce travail comprennent notamment l’identification et la protection des filles non-excisées, et potentiellement menacées, mais aussi des filles excisées qui souffrent de maladies liées à la mutilation. Depuis le lancement, le pasteur et coordinateur constate que « les animatrices et filles formées ont le courage d’en parler publiquement, une chose considérée comme taboue, et même passible de mort.» Par ailleurs, plusieurs filles non encore excisées décident de renoncer à cette coutume, pour elles-mêmes et leurs filles. 

Impliquer les hommes

« Les garçons, qui se retrouveront plus tard face à des projets de mariage, doivent aussi être impliqués, puisqu’il est couramment admis qu’il n’est pas bon d’épouser une jeune femme non excisée », poursuit le coordinateur. C’est pourquoi durant les camps bibliques organisés par l’église, les garçons suivent également les cours destinés à renseigner sur la pratique néfaste de l’excision. 

Dans ce combat, il est important d’accorder de l’importance aux croyances qui sous-tendent cette tradition. L’Eglise peut ainsi contribuer à faire évoluer les mentalités en s’attaquant aux racines profondes qui touchent aux croyances religieuses et mystiques.  


 

 

SAM global en bref : ONG active dans les domaines de la formation théologique, du travail médical et de la prévention, de la formation professionnelle et scolaire et de l’amélioration des conditions de vie 
Projet présenté : Campagne Stop Excision 
Lieu : Guinée 
Problématique majeure : Pratique encore répandue de mutilations génitales  

Si vous l'aimez, vous pouvez le partager

Articles similaires

Le président d’Interaction Marc Jost est conseiller national

Interaction félicite son président de longue date et très apprécié, Marc Jost, pour son entrée en fonction en tant que conseiller national.

28 novembre 2022
Un Dimanche pour son prochain

Ton église a-t-elle déjà vécu Un Dimanche pour son prochain cette année ? Souhaitez-vous mettre cela en place dans votre communauté en 2023 ? C'est le moment d'y réfléchir et de le proposer à vos responsables d'églises ou votre pasteur et fixer une date pour février ou mars 2023. Les inscriptions sont ouvertes !

16 novembre 2022
One' stand

Samedi 5 novembre 2022, au Forum Fribourg, cette édition de la rencontre évangélique One’ a connu une belle participation. StopPauvreté qui est membre du comité et porte la responsabilité du village, tire un bilan encourageant de cette édition qui fut festive et joyeuse.

14 novembre 2022

Votre don peut faire la différence

50 CHF
100 CHF
150 CHF
CHF
Inscrivez-vous pour recevoir notre lettre de nouvelles