Une réflexion biblique à propos des 17 Objectifs de développement durable

Pourquoi les chrétiens devraient-ils s'y intéresser et s'engager ?

Les objectifs de développement durable (ODD), ou “Agenda 2030”, nous offrent l’opportunité unique et passionnante d’être la première génération à mettre fin à l’extrême pauvreté d’ici 2030. Est-ce un vœu pieux et théologiquement naïf – ou est-ce tout de même possible?

 

L’interprétation de “God’s Global Goals”, également disponible sous forme de brochure, doit servir d’instrument pour comprendre les ODD et nous permettre de les aborder dans une perspective chrétienne.

„On t’a fait connaître, ô homme, ce qui est bien; Et ce que l’Eternel demande de toi, C’est que tu pratiques la justice, Que tu aimes la miséricorde, Et que tu marches humblement avec ton Dieu“ Michée 6.8 

Ce que God's Global Goals t'offre

Vers les différents objectifs...

Un aperçu...

Vous vous souvenez peut-être des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) qui ont pris fin en 2015. Grâce à ceux-ci, des progrès incroyables ont été effectués. Mais ils n’ont permis de réduire l’extrême pauvreté que de moitié.

Les 17 ODD lancés en 2016 sont malheureusement quelque peu passés inaperçus, pour différentes raisons. Tout d’abord, certains chrétiens restent sceptiques face aux initiatives de l’Organisation des Nations Unies (ONU). D’autres ignorent simplement que de nombreuses organisations chrétiennes ont travaillé avec l’ONU pour aider à définir et à atteindre ces Objectifs pour 2030. La menace de récession économique, le protectionnisme – qui vise à protéger l’économie nationale contre la concurrence étrangère – et les niveaux historiques d’immigration incitent certains pays à se replier sur eux-mêmes et à se désengager vis-à-vis des autres continents. D’autres, peut-être, pensent que les ODD n’auront aucun impact réel ; il s’agit d’un appel semi-désespéré à réaliser ce que nous avons échoué à faire jusque-là.

Mais les ODD sont très différents des OMD et représentent une nouvelle occasion de s’engager. Oui, ils parlent d’achever une tâche déjà entamée, mais sans aucun sentiment d’échec. Ils offrent plutôt une occasion de célébrer ce qui a déjà été réalisé et d’envisager une ligne d’arrivée. Ils élargissent aussi considérablement la portée de ce que l’on entend par « mettre fin à la pauvreté » et fournissent un mandat ambitieux à ceux qui cherchent à relever ce défi.

La ressource que vous tenez entre les mains réunit les voix de certaines des principales organisations caritatives chrétiennes évangéliques de Suisse en un seul appel à l’action. Pourquoi ? Parce que nous croyons collectivement que l’Église a un rôle unique et essentiel à jouer dans l’atteinte des Objectifs de développement durable. Ils ne remplacent en aucun cas l’appel du Royaume de Dieu dans nos vies, mais ils fournissent un outil et un cadre pour le soutenir. 

Le verset bien connu par lequel nous avons commencé n’est qu’un des nombreux exemples où, dans la Bible, un engagement en faveur de la justice est explicitement identifié en tant qu’élément inhérent à notre foi. Lorsqu’on lui a demandé à quoi pouvaient ressembler les exigences de Dieu, un prophète de l’Ancien Testament appelé Michée a répondu avec une brièveté digne d’un « tweet » du 21ème siècle. Cet appel à la justice, à la miséricorde et à l’humilité n’a pas toujours été caractéristique de l’Église, mais il reste la marque par laquelle notre cheminement doit être évalué. Il est le miroir du cœur, du caractère et de la passion du Dieu que nous cherchons à servir.

Nous offrons cette ressource en tant que point de départ pour l’ensemble de la communauté chrétienne, afin qu’elle s’engage dans la réalisation de ces Objectifs primordiaux. Conçu pour être discuté en petits groupes, nous espérons que ce document aidera votre église à s’impliquer dans ce programme. Pour vous aider à tirer parti au maximum de cette ressource, voici un bref aperçu de chaque chapitre:

Que dit Dieu ?

Nous offrons cette ressource en tant que point de départ pour l’ensemble de la communauté chrétienne, afin qu’elle s’engage dans la réalisation de ces Objectifs primordiaux. Conçu pour être discuté en petits groupes, nous espérons que ce document aidera votre église à s’impliquer dans ce programme. Pour vous aider à tirer parti au maximum de cette ressource, voici un bref aperçu de chaque chapitre.

Que pouvons-nous faire ?

Tel qu’il est écrit dans Jacques 2.17 : « Si la foi ne produit pas d’œuvres, elle est morte en elle-même. » À chaque chapitre, vous trouverez des présentations d’organisations chrétiennes qui mettent ces Objectifs en pratique, et plusieurs propositions pour participer vous-même au changement. Alors que vous prendrez connaissance de chaque Objectif, pensez à une action pratique que vous pourriez mettre en œuvre. Agissons-nous avec justice, avec amour et miséricorde dans nos choix quotidiens ?

Vous pouvez également vous inscrire à la lettre de nouvelles de StopPauvreté et nous suivre sur les différents réseaux sociaux afin de rester informé de nos activités. Sur www.interaction-schweiz.ch, association faîtière dont fait partie StopPauvreté, vous trouverez davantage de renseignements sur l’action globale d’INTERACTION et sur les domaines d’intervention de ses membres

Prier

En dernier lieu, nous vous encourageons à commencer et finir chaque chapitre dans la prière. Pour vous aider, pourquoi ne pas utiliser la méthode suivante ?

ADORATION – Ces Objectifs sont un énorme défi, il est important de reconnaître que Dieu est au-dessus de tout.

CONFESSION – Michée nous appelle à marcher humblement. Dans cette attitude, cherchez donc le pardon de Dieu concernant les sujets pour lesquels nous n’avons pas agi de façon juste.

RECONNAISSANCE – Remerciez Dieu pour ce que vous découvrirez durant votre lecture, par exemple sa magnifique création ou l’incroyable travail des organisations engagées dans ces Objectifs.

DEMANDE – Demandez à Dieu, par son Saint-Esprit, de vous aider, vous et votre église locale, à avoir en ligne de mire l’atteinte de ces Objectifs, tout en priant pour ceux qui souffrent.

Pour beaucoup, le monde est aujourd’hui meilleur que ce qu’il n’a été depuis longtemps. Jamais les femmes n’ont aussi peu risqué de mourir en donnant la vie. Il y a beaucoup moins d’enfants de moins de cinq ans qui meurent. Et l’extrême pauvreté a été diminuée de plus de moitié. Ce sont évidemment de très bonnes nouvelles. Mais nous savons que ces accomplissements ne sont pas ce qui été espéré, et nous craignons que la pauvreté, la maladie et la souffrance ne soient quotidiennes pour beaucoup trop de gens, pendant trop longtemps.  

Ces Objectifs de développement durable sont là pour assurer que tous les êtres humains puissent déployer leur potentiel dans la dignité, l’égalité et dans un environnement sain et sûr. Les Objectifs sont ambitieux, et nécessitent le travail commun des Nations Unies, des gouvernements, des ONG, des entreprises et de la société civile. Mais de quel bien commun parlent les ODD ? Ces derniers sont une liste de besoins matériels comprenant de nombreuses façons d’y répondre. Mais le développement humain n’est pas uniquement axé sur la satisfaction des besoins.  

D’un point de vue chrétien, les ODD peuvent sembler négliger des éléments importants, lorsqu’on en vient à parler de servir les pauvres : la compassion, le sacrifice, la générosité, l’altruisme ou la foi. Le problème avec la pauvreté et l’injustice n’est pas seulement politique ou financier. Les combattre sont une obligation morale. Les chrétiens ont quelque chose à dire à ce propos. Et cela devrait contribuer à leur unité. L’Église a une responsabilité. Un engagement. Une onction. Le défi des organisations chrétiennes est d’être professionnelles et prophétiques. 

En tant que chrétiens, et qu’églises, nous devons soutenir les ODD. Mais peut-être devrions-nous considérer d’aller un peu plus loin : apporter la bonne nouvelle aux pauvres, panser les cœurs brisés, proclamer la liberté aux captifs. Les ODD sont uniquement un moyen, non une fin. Les humains ont beaucoup plus de valeur qu’une liste d’objectifs. 

Pouvons-nous vraiment atteindre ces ODD sans aborder les traditions et les croyances des peuples ? Autour du globe, 8 personnes sur 10 s’identifient à un groupe religieux. 2,2 milliards de chrétiens, 1,6 milliards de musulmans, et 1 milliard d’hindous. La foi fait partie de l’identité d’une majorité de gens. La foi importe pour beaucoup. Et cela ne pose pas de problème de parler de foi dans le développement. Les groupes religieux ont toujours fait partie de la société et ont le pouvoir de provoquer un changement d’attitude et de comportement, en amenant des progrès à différents niveaux de la société. Les groupes religieux ont été impliqués dans le développement durable bien avant les Nations Unies ou le secours institutionnel. 

Alors que nous réfléchissons aux succès et aux échecs des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), et alors que nous regardons vers l’avenir avec les ODD, il est important de se rappeler que nous partageons tous la même humanité. Si nous souhaitons ne laisser personne derrière, alors nous devons nous souvenir, non seulement des statistiques, mais de tous les visages de la pauvreté. En tant que chrétiens, nous nous tenons, solidaires, avec nos voisins du monde qui sont dans le besoin, et nous avons notre rôle à jouer. Peut-être même une obligation.  

Articles en lien avec God's Global Goals

Le président d’Interaction Marc Jost est conseiller national

Interaction félicite son président de longue date et très apprécié, Marc Jost, pour son entrée en fonction en tant que conseiller national.

28 novembre 2022
Un Dimanche pour son prochain

Ton église a-t-elle déjà vécu Un Dimanche pour son prochain cette année ? Souhaitez-vous mettre cela en place dans votre communauté en 2023 ? C'est le moment d'y réfléchir et de le proposer à vos responsables d'églises ou votre pasteur et fixer une date pour février ou mars 2023. Les inscriptions sont ouvertes !

16 novembre 2022
One' stand

Samedi 5 novembre 2022, au Forum Fribourg, cette édition de la rencontre évangélique One’ a connu une belle participation. StopPauvreté qui est membre du comité et porte la responsabilité du village, tire un bilan encourageant de cette édition qui fut festive et joyeuse.

14 novembre 2022