Passage de témoin à la tête de StopPauvreté

Après cinq années passées en tant que coordinateur romand de StopPauvreté, Alexis Bourgeois quitte ce poste le 31 mars 2023 pour de nouveaux horizons professionnels. Il sera remplacé dès le 1er janvier 2024 par Salomé Haldemann actuellement pasteure d’une église mennonite dans le Haut-Rhin. Nous vous proposons ci-dessous une courte interview de chacun d'eux.

SHARE
Alexis Salome MISSON-TILLE-4
|
21 mars 2023
|

Alexis, posons un regard sur ces cinq dernières années: quels ont été pour toi les moments les plus marquants ?
Difficile de répondre ! Beaucoup d’événements et d’activités variées m’ont marqué durant mon passage chez StopPauvreté. J’ai toujours eu beaucoup de plaisir dans la mise en place de nouveaux projets, à réfléchir aux concepts et à pouvoir les mettre en œuvre. Je pense par exemple au lancement de Un Dimanche pour son prochain ou encore de EcoEglise. Les événements vécus resteront des souvenirs aussi particulièrement forts. Les préparer nécessite beaucoup de travail mais donne lieu également à des moments d’échanges qui sont un vrai plaisir à partager.  

 

Justement, qu’est-ce qui t’a procuré le plus de plaisir en travaillant pour StopPauvreté ?
Les relations, clairement. Travailler avec mes collègues d’Interaction et StopArmut ainsi que les responsables des ONGs. J’ai eu beaucoup de joie à collaborer avec ces responsables sans qui la plupart des activités que j’ai mises en place n’auraient pu avoir lieu. Cela a été un grand privilège de travailler avec des personnes engagées, motivées et convaincues de l’impact de leur travail au quotidien en faveur des plus vulnérables.  Pouvoir mettre en place des projets et des activités avec une certaine marge de liberté et les voir aboutir est également un sujet de satisfaction. 

 

Quels conseils donnerais-tu aux Églises de Suisse romande concernant l’engagement pour la justice sociale et la durabilité écologique ?
Ne mettons pas ces deux aspects en compétition ! Ces deux engagements sont nécessaires et important aux yeux de Dieu. A la Création, Dieu a trouvé que ce qu’il avait créé était bon et même très bon en ce qui concerne l’humain. Nous nous devons d’être cohérents et ne pas penser que les questions de soin à la Création ne nous concernent pas et que Dieu n’en a rien à faire. Prenons au sérieux ces deux mandats qui nous ont été confiés.  

 

Est-ce que quelque chose a changé au cours des cinq dernières années ?
…Moi, peut-être ? 😊 Mon approche sur ces questions s’est développée, tout comme ma propre compréhension de ces enjeux. Plus globalement, concernant la compréhension de l’Eglise en Suisse sur ces questions de justice, j’ai le sentiment que toujours plus de personnes se rendent compte de la place que nous, chrétiens, devons prendre et du fait que Dieu continue de nous appeler à « agir avec justice, aimer la bonté et marcher humblement avec Dieu » (Michée 6.8).  

 

Quelle est la suite pour toi professionnellement ?
Je me lance dans un nouveau défi en tant que secrétaire municipal de la commune de Tavannes dans le Jura bernois. Cela s’inscrit dans la continuité dans mon désir de me mettre au service des autres dans un tout nouvel environnement.  

 

“J’ai à cœur de créer un lien entre les Églises et les questions de justice”

A ton tour Salomé. Qu’est-ce qui t’a attirée dans ce nouveau défi professionnel ?
C’est avant tout un projet de déménagement en Suisse qui m’a amenée à chercher un nouvel emploi. Une amie m’a transféré l’offre d’emploi de Stop Pauvreté et j’ai immédiatement postulé. J’ai très à cœur de créer un lien entre les Églises et les questions de justice et de paix. Trop souvent, nous laissons ces questions de côté. Nous visons alors une éthique de vie qui ne touche que sur les prochains que nous côtoyons régulièrement. Je suis depuis longtemps le travail de StopPauvreté et j’apprécie particulièrement leur travail de sensibilisation des Eglises et des chrétiens aux questions de justice et de paix au niveau structurel, sociétal, et mondial.

 

De quoi te réjouis-tu particulièrement?
Je me réjouis de travailler en réseau! J’anticipe avec plaisir les rencontres dans les Églises et avec les organisations partenaires, et les idées qui surgiront de ces rencontres.

 

Dans quelle mesure les thèmes de StopPauvreté étaient-ils déjà présents dans ton travail avec les Eglises ?
Il y a une dizaine d’années, j’ai servi pendant 2 ans aux Philippines dans une organisation qui travaillait pour la paix au niveau local et national. A mon retour, j’avais très envie de sensibiliser les Églises à ce travail. Je suis ancrée dans la tradition mennonite, et si les questions de paix et de justice sont dans l’ADN théologique des mennonites, j’ai constaté que les membres de l’Eglise étaient souvent mal équipés quand il s’agissait de pratique. C’est ce désir d’aider l’Eglise à faire le lien entre la vie de disciple et la justice qui m’a amené à poursuivre des études de théologie et à devenir pasteure en France. On pourrait donc dire que les thèmes de Stop Pauvreté sont au cœur de mon appel à être pasteure !

D’ici l’arrivée de Salomé Haldemann au poste de coordinatrice, la transition sera assurée par Mathieu Dobler Paganoni, directeur d’Interaction, épaulé de plusieurs collaborateurs.

Si vous l'aimez, vous pouvez le partager

Articles similaires

Titelbild Konferenz Website

Communiqué de presse - Une majorité des chrétiens et chrétiennes interrogés estime que la durabilité devrait être une préoccupation plus centrale dans la foi chrétienne qu'elle ne l'est aujourd'hui.

22 février 2024
abeille dans le jardin

Les citoyens et citoyennes suisses devront s'exprimer dans les urnes concernant l'initiative biodiversité. A Rocha, l'organisation chrétienne de conservation de la nature soutient les objectifs de cette initiative. Entretien avec sa directrice exécutive Ursula Peutot, pour comprendre ce qu'est la biodiversité et pourquoi elle est importante.

19 février 2024
compassion1

L’insécurité alimentaire est en expansion dans de nombreux pays. De la sécheresse aux conflits armés, en passant par l’envolée des prix, les causes sont multiples. Avec son programme de résilience alimentaire, Compassion se mobilise pour la survie des familles. 

5 février 2024
Inscrivez-vous pour recevoir notre lettre de nouvelles