Notre consommation a des conséquences

La Suisse est un pays d’importation. Mais les biens de consommation, produits à l’étranger, ont un impact non-négligeable sur les ressources hydriques des pays producteurs.  

SHARE
Notre consommation a des conséquences
|
22 juin 2022
|
Vivre

Selon l’étude de l’empreinte hydrique suisse, réalisée par la Direction du développement et de la coopération en 2012, 82% de l’empreinte hydrique de notre pays est imputable à la consommation d’eau dans des pays étrangers. Toute cette eau prélevée à l’étranger n’est évidemment pas celle qui coule lorsque l’on ouvre le robinet. Il s’agit d’eau utilisée dans la production de matières premières, dont les produits sont ensuite importés et consommés en Suisse. Problème : de nombreuses régions impactées par notre empreinte hydrique et liée à la consommation de denrées agricoles sont déjà en situation de pénurie d’eau de nombreux mois par année et/ou se situent dans des pays sous-développés. 

Augmentation de la demande

De quoi prendre concrètement conscience de l’impact de notre consommation à une échelle globale. Comme il est mentionné dans cette étude, « la ruée vers l’eau est attisée par la hausse de consommation par habitant dans les pays riches, et non par la croissance démographique dans les contrées démunies.»    

Il est évident que cette situation ne peut perdurer. D’autant que les projections montrent que d’ici à 2030, la demande en eau excédera de 40% les ressources disponibles. Que faire alors ? Concentrer notre production à l’interne ? Impensable. « La Suisse est un pays riche et d’importation, avec une forte dépendance aux biens de consommation importés depuis l’étranger », affirme Christian Bréthaut, co-directeur de la chaire en hydro-politiques de l’Université de Genève. « Il ne faudrait pas être binaire ou réducteur, poursuit-il, car les importations font également fonctionner des économies locales. En revanche, il y a un vrai travail à faire sur la répartition des bénéfices financiers, qui devraient pouvoir être réinjectés dans les régions productrices. Le problème est qu’il y a une déconnexion entre les personnes qui produisent et la destination du capital. Nous devons également travailler sur le renforcement des capacités d’approvisionnement en eau des régions concernées.» 

L’impact du consommateur

Et le consommateur au milieu de tout cela ? Il est en effet bien difficile de prendre conscience de l’impact concret de nos consommations habituelles sur les conditions de vie d’autres populations. « Qu’est-ce que cela change au final ? Si je n’achetais pas ce morceau de viande aujourd’hui, l’eau qui a servi à sa fabrication ne serait pas épargnée puisqu’elle a déjà été utilisée. » Vrai ? Pas tout à fait. « Il y a un vrai levier d’action qui se situe au niveau individuel. Les décisions et actions du consommateur ont un effet à long terme sur les décisions politiques, et nous le constatons actuellement avec la vague verte qui a déferlé en Suisse, mais aussi en France, lors des élections, et avec le regain d’intérêt pour la production locale. Du changement individuel, on arrive in fine à des changements politiques.» 

 

L’empreinte hydrique c’est quoi ?

L’empreinte hydrique est une mesure de consommation d’eau. Elle prend en compte la consommation d’eau directe, pour les besoins courants, et la consommation indirecte, celle engendrée par la production de biens et services. L’empreinte hydrique prend en considération trois « sources » d’eau : les eaux de surfaces ou souterraines absorbées dans le processus de production, le volume d’eau de pluie consommé, et la quantité d’eau douce nécessaire à la dilution des substances polluantes.  

*En 2012, source Felix Gnehm

 

Joëlle Misson 

Si vous l'aimez, vous pouvez le partager

Articles similaires

Article Michael Mutzner Injustice

Lorsque les lois ne protègent pas suffisamment les victimes, voire les excluent de ce droit, nous parlons alors d’injustice structurelle. Quelles sont ses causes et ses conséquences ? Michael Mutzner, représentant de l’Alliance évangélique mondiale auprès de l’ONU, répond à nos questions.

27 septembre 2022
Former le personnel de santé au dépistage de la lèpre

Mission Lèpre développe au Bangladesh une formation destinée au personnel de santé gouvernemental. Le but : que la prise en charge de la lèpre fasse partie du programme national de santé.

23 septembre 2022
Les Objectifs de développement durable en Suisse: Où en sommes-nous ?

Au printemps dernier, le Conseil Fédéral a publié son deuxième rapport national concernant la mise en œuvre de l’Agenda 2030 et de ses 17 Objectifs de développement durable (ODD). Alors qu’il ne reste qu’un peu moins de huit ans pour les atteindre, Andrina Frey, adjointe et conseillère du délégué du Conseil fédéral à l’Agenda 2030 au Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) fait le point avec nous sur les progrès de la Suisse, ainsi que ses défis.

19 septembre 2022

Votre don peut faire la différence

50 CHF
100 CHF
150 CHF
CHF
Inscrivez-vous pour recevoir notre lettre de nouvelles